ABC DAIRE DU CIRQUE (2)

ABC DAIRE DU CIRQUE (2)

Publié le 24/10/2018 dans CIRQUE

 

I, J, K

 

 

 

ILLUSIONNISTE : il s’agit de l’artiste qui, comme son nom l’indique, pratique l'illusionnisme, c’est-à-dire art de tromper les sens du spectateur par dextérité manuelle ou à l’aide de  truquages ou de matériel conçu à cet effet, notamment pour les « grandes illusions ». Ainsi, au Cirque Pinder, Sophie Edelstein présente un numéro de grandes illusion. D’autres artistes comme Dany Lary, Pierre Switon, Tim Silver et d’autres encore sont des maîtres du genre avec du matériel spécialement conçu pour eux. Beaucoup considèrent Jean-Eugène Robert-Houdin, père de la magie moderne, comme le maître de la grande illusion. De la magie à l’illusion, à moins que ce ne soit le contraire… il n’y a qu’un pas franchi par Maurice Saltano qui a consacré un livre, « Les Magiciens », au monde fantastique de l’illusionnisme.
Synonymes : magiciens, prestidigitateurs    

 

 

 

ITINERAIRE : ce mot désigne le circuit des villes ou des pays effectué par les convois d’un cirque voyageur pour y installer son chapiteau. Toutes les étapes, c’est-à-dire tous les itinéraires mis bout à bout constituent la… tournée

 

 

 

JEUX DU FAR WEST : cette expression regroupe tous les numéros d’adresse avec fouet, lasso, couteaux, pistolet, etc., effectués par des artistes de cirque habillés en cow-boy ou en indien.
Synonyme : jeux indiens

 

JEUX ICARIENS : dans son livre « Les mots du cirque », Catherine Zavatta rappelle que l’expression «  trouve son origine dans l’île d’Icarie, où se pratiquait l’entraînement des athlètes de l’ancienne Grèce pour les jeux d’Olympie ». Ces jeux, qui auraient été « modernisés » par Richard R. Carliste Risley en 1840, font partie des plus anciennes disciplines du palc et du cirque (dans certains pays, on parle de travail à la Risley). Le principe : un porteur allongé sur le dos lance et reçoit ses partenaires avec les pieds. Il peut aussi faire tournoyer un voltigeur au bout de ses pieds. Les « spécialistes » des jeux icariens appartiennent souvent à une même famille. Témoin, la famille Bouvier dont une carte postale ancienne immortalise la troupe travaillant en palc, et alignée devant l’objectif avec le public en arrière-plan.
Synonyme :  antipodiste

 

 

 

JONGLAGE : il s’agit de l’art de jongler. La « jonglerie » comme disent encore certains... L’exercice consiste à lancer en l’air, rattraper  puis relancer avec adresse, les uns après les autres ou simultanément, des objets aussi divers que des balles, des massues, des chapeaux, des torches enflammées, des cerceaux, etc.

 

Ainsi que le mentionne Agnès Pierron dans son « Dictionnaire de la langue du cirque », le maître de la discipline est un italien, Enrico Rastelli (1898-1932), dont le numéro durait une demi-heure. Une durée exceptionnellement longue pour un numéro de jonglage !

 

 

 

KING OF LIONS : le « Roi des lions » n’est ni plus ni moins que le surnom donné, par les anglais, aux premiers dompteurs, mettant ainsi en valeur le charisme de celui qui « régnait sur les lions ». Pour les femmes on parlait de « Reines » d ‘ou l’expression « Queens of lions ». Et, en France, à une époque », pour renforcer le travail de leurs dompteurs, certaines enseignes n’hésitaient à ajouter sous le nom de l’artiste « The King of lions » afin de persuader le public que leur dresseur était meilleur que les autres !
Synonyme : dompteur

 

 

 

KING POLE : cette expression signifie… «  le roi des mâts ». Autrement dit le mât central du chapiteau. Un nom donné à celui-ci par les Américains.
Synonyme : Mât central

 

 

 

KIOSQUE : ce mot d’origine turque signifiant « pavillon de jardin » désigne la partie haute et centrale du chapiteau, parfois appelée corniche.
C’est Jules Léotard, qui présentant le premier numéro de trapèze volant au Cirque Napoléon en 1859, a montré qu’on pouvait utiliser cet espace pour des numéros aériens.
Synonyme : corniche

 

L et M

 


LEOTARD : certains dictionnaires définissent le mot comme celui du nom donné au… « maillot collant couvrant les jambes et le haut du corps d’une seule pièce, utilisé pour la gymnastique, la danse, etc. ». Vérité oblige à préciser que c’est un Toulousain, Jules Léotard, le premier à voltiger d’un trapèze vers un autre, inventant du même coup le trapèze volant (en 1859, au cirque Napoléon), qui adopta le premier un maillot collant, près du corps, révélant sa musculature tout en le laissant libre de ses mouvements. Un maillot adopté par les trapézistes du monde entier, qui porte