L'ABECEDAIRE DU CIRQUE

L'ABECEDAIRE DU CIRQUE

Publié le 19/09/2018 dans CIRQUE

 

L’ABECEDAIRE DU CIRQUE

 

 

 

A

 

 

 

AMPHITHÊATRE : Celui d’Astley est cité comme le premier cirque au sens moderne du terme. Il s’agissait de l’Amphithéatre Riding House ouvert à Londres, et sur la piste duquel Philip Astley présentait des numéros de dressage équestre. La piste, d’un diamètre de 13 m, avait la forme circulaire que nous lui connaissons aujourd’hui.

 

Synonymes : arène, manège.

 

 

 

ANKUS : (ou ankusha) Il s’agit d’un crochet de fer ou d’un aiguillon pointu fixé à une poignée de deux ou trois pieds utilisé par le cornac à la manière d’une gaffe pour conduire les éléphants.

 

Synonymes : bullhook ou crochet d’éléphant.

 

 

 

AUGUSTE : C’est le faire-valoir ou le souffre douleur du clown blanc. Toujours vêtu de tenues bariolées, il trouve, dit-on, son origine au surnom donné à Tom Belling, un écuyer maladroit qui n’avait pas son pareil pour faire rire le public allemand.Souvent en duo ou en trio avec un clown blanc, certains se produisent seuls en piste. En France, dans la deuxième moitié du XXè siècle, ce fut  notamment le cas de l’un des plus talentueux d’entre eux : Achille Zavatta.

 

Synonymes : guguss, clown.

 

 

 

 

 

B

 

 

 

BALANCIER : il s’agit d’une longue perche courbe et plus ou moins lourde selon le poids du funambule qui s’en sert pour assurer son équilibre  à grande hauteur. Ainsi, le centre de gravité de l’ensemble funambule-balancier se situe en dessous de la hauteur du fil (ou câble) sur lequel il évolue (témoin, notre photo de Didier Pasquette sur le fil).

 

 

 

BALLANT: ou « balan » qui provient du verbe baller (balancer), est le mouvement d’oscillation donné au trapèze  afin de permettre au voltigeur d’exécuter différents sauts. Le terme s'applique aussi au porteur qui attend de recevoir le corps du voltigeur : on dit « être en ballant ».

 

Dans le spectacle «  Etoiles » présenté au Cirque d’Hiver-Bouglione, Natacha Kunetsova effectuait d’impressionnantes figures au trapèze ballant.

 

 

 

BANQUETTE : ce nom, donné au pourtour de la piste, provient du provençal « banqueta ». Il correspond à l’endroit où autrefois la bonne société s’installait pour applaudir les spectacles équestres. Avec la naissance du cirque moderne, elle ne sert plus qu’a délimiter la piste du reste du chapiteau. En général, les loges sont placées le derrière la banquette, et les gradins sont légèrement en retrait avec une allée circulaire entre les deux.

 

Synonyme : tour de piste.

 

 

 

BANQUISTE : Un banquiste, mot provenant de « salta in banco » (sauter un banc) est une personne née sur le voyage, dans un cirque ou sur la fête, une personne qui appartient à la « banque ». Ce terme, qui remonte à la nuit des temps, a longtemps désigné l’ancêtre du circassien.

 

 

 

BASCULE : il s’agit d’une basculant sur un axe, dont l’une des extrémités se lève lorsque le tapeur abaisse l’autre avec plus ou moins de force. Ce qui donne au voltigeur l’élan nécessaire pour accomplis des sauts plus ou moins hauts, plus ou moins compliqués.

 

                     

 

BATOUDE : ce mot provient de l’italien « battuta », (appel du pied), lui même dérivé du verbe « battere » (battre). Il s’agit d’une planche flexible aux allures de long tremplin, permettant à un acrobate d’obtenir l’élan nécessaire pour réaliser des sauts périlleux.Au 19 ème siècle, le clown-acrobate Jean-Baptiste Auriol utilisait la batoude pour exécuter un saut le faisant passer au-dessus de 24 soldats armés de fusil à baïonnettes !La batoude américaine (tremplin élastique) aurait été créée dans les années 30 par George Nissen, un ancien gymnase.

 

 

 

BARRE RUSSE : c’est une discipline relativement récente qui a vu jour comme son nom l’indique dans l’ex-URSS. Cette barre en fibre de verre, donc assez souple, est tenue par deux porteurs installés à chaque extrémité. Le voltigeur utilise l’élasticité de la barre. La difficulté restant la réception du saut vu la très petite largeur (quelques centimètres) de la barre (témoin, notre photo du spectacle Pinder 2009).A noter : Le 18 ème festival du cirque de Massy a récompensé les Selnikhindont le voltigeur réalisait des sauts sur un barre plus étroite que la normale que les porteurs tenaient à bout de bras au lieu de l’avoir sur leur épaule !

 

 

 

BONISSEUR : le bonisseur, le vrai, celui qui a du « bagout », fait valoir, par la force du « verbe », le spectacle présenté à l’intérieur. Il s’agit toujours du spectacle « le plus beau, le plus merveilleux, le plus sensationnel ». D’ailleurs, le bonisseur choisit les mots qui « portent » pour qu’à la fin de son boniment, le public entre dans labaraque ou sous le chapiteau. Dans «  La Banque et les Banquistes »,Jules Vallès cite le dompteur Carrière comme « roi des bonisseurs ».

 

Synonyme : bonimenteur.

 

 

 

BOURREE : selon l’idée que sur les gradins on peut se serrer pour bourrer la salle au maximum, faire une « bourrée » signifie que le chapiteau est archi plein, au-delà même de ce qui est raisonnable.