LA MENAGERIE D'AUGUSTE LAURENT

LA MENAGERIE D'AUGUSTE LAURENT

Publié le 10/12/2020 dans HISTOIRES FORAINES

LA MENAGERIE D’AUGUSTE LAURENT

 

Parmi les grandes ménageries foraines du début du vingtième siècle, celle d’Auguste Laurent figure en bonne place. Personnage haut en couleur dont les tournées le menèrent sur les plus grandes fêtes de l’Hexagone, son passage dans une ville ou sa présence sur une foire était toujours un événement…

 

Auguste Laurent est, dit-on, celui à qui, en 1914, la Goulue vendit Ménélick, son dernier lion d’Abyssinie. Lequel lion, un an plus tard blessait mortellement le dompteur Giovanni qui, réformé par les autorités militaires, reprenait les tournées chez Auguste Laurent, alors installé à la foire aux plaisirs à Bordeaux. La ménagerie de ce dernier ayant accueilli de nombreux belluaires dont certains montèrent leur propre établissement. Il est vrai que notre homme avait du métier, puisque, avant de monter son propre établissement, il tourna dans toute la France associé à son frère Florian (prénom qu’il donnera à son fils).  Et cela, jusqu’en 1892, année où chacun des frères vola de ses propres ailes !

Si l’on en croit la presse de l’époque… En 1921, la ménagerie Laurent avait l’allure d’une vaste pagode indoue avec deux énormes éléphants blancs qui ornaient l’entrée et mettaient en valeur une superbe façade ornée de miroirs où se trouvait la caisse tenue par Madame Laurent en personne.