LE CIRQUE CORVI

LE CIRQUE CORVI

Publié le 08/11/2018 dans HISTOIRES FORAINES

 

LE CIRQUE CORVI

 

 

 

Il est des attractions qui ont marqué leur époque.  Au 19ème comme au début du 20ème siècle, mais aussi avant ou après-guerre, une époque où leur durée d’exploitation était souvent beaucoup plus longue qu’elle ne l’est aujourd’hui. Parmi eux, le Cirque Corvi. Un cirque pas tout à fait comme les autres…

 

 

 

Sur les champs de foire de la seconde moitié du dix-neuvième et du début du vingtième  siècles, une baraque retenait l’attention : le Cirque Corvi où, lors de la parade, on découvrait – outre quelques animaux dressés - des musiciens vêtus de schakos hongrois, superbes vestes bleues à brandebourgs en or, souvent trop larges ou trop étroites selon la corpulence des artistes de rencontre. Pour Charles de Bussy, auteur de l’ouvrage  « Les Forains à travers les âges » paru en 1930 aux éditions de l’Intermédiaire Forain, le Cirque Corvi – dont le véritable nom était le Théâtre cirque miniature Corvi - était un établissement occupant une place à part dans les annales foraines « Ce n’était pas évidemment un cirque. Un cirque est en effet une enceinte circulaire, c’est-à-dire en forme de cercle. Or, le Cirque Corvi était rectangulaire, et le spectacle s’y donnait, non sur une piste, mais sur une scène » !

 

Chez Corvi, la troupe n’était composée que de singes de toutes tailles, de diverses provenances, de races différentes, et la famille Corvi était fière d’avoir obtenu de ses « artistes » une telle assimilation des gestes humains. C’était prodigieux !

 

Une grande toile peinte suspendue à la gauche de l’entrée de la façade de la baraque représentait  les numéros joués par les animaux de la troupe. Avec ce décor en toile de fond, décor qui jouait un vrai rôle publicitaire, servant à attitrer la foule, restait à ferrer le chaland avec un boniment approprié....