MARCEL ET MARTHA LA CORSE

MARCEL ET MARTHA LA CORSE

Publié le 25/03/2021 dans HISTOIRES FORAINES

 

UN COUPLE DE BELLUAIRES :

MARCEL ET MARTHA LA CORSE

 


Martha la Corse et Marcel Chaffreix font partie des plus célèbres belluaires de la première moitié du vingtième siècle. Comme pour les Bidel, Pezon et bien d’autres encore avant eux, le public se déplaçait nombreux sur les champs de foire pour applaudir à leurs exploits. Portraits de deux « gloires » de la fête, qui étaient aussi mari et femme à la ville…

 

MARCEL CHAFFREIX


Né en 1883 à Commentry (Allier), Marcel se familiarisa très tôt avec les animaux. Il débuta à 15 ans, à la fin du dix-neuvième siècle, comme garçon de cage à la ménagerie Frank C. Bostock à l’Hippodrome de Clichy, à Paris. Il soignait les bêtes, leur donnait à manger, veillait à leur transport et à leur installation dans chaque ville. Engagé pour une tournée en Autriche, c’est tout naturellement qu’il voulut entrer dans la cage seul, pour leur donner à manger.
Ses « débuts » eurent lieu le 13 mars 1903. Dans la cage, il y avait alors un lion qui s’appelait Vendredi et un chien nommé Clown. « Au moment où je suis entré, expliquait-il dans L’Intermédiaire Forain du 3 décembre 1932, Clown, voyant que j’étais encore débutant se mis à sauter et a fait peur à Vendredi qui s’est jeté sur moi et m’a transpercé la cuisse ». Marcel resta alors un mois et demi à l’hôpital. Mais cela ne le découragea pour autant car il disait : « Je suis très certainement né avec une âme de dompteur… puisque ce goût à toujours été en moi, alors que dans ma famille personne n’avait jamais pensé à ce métier pour moi. Mes parents étaient boulangers. C’est vous dire qu’il n’y a aucun rapport !».

Marcel, qui fit donc ses débuts chez Bostock, eut assez vite des vélléités d’indépendance. C’est ainsi, qu’avant la Première Guerre Mondiale, il monta un entresort avec animaux avant d’acheter quelques bêtes à un certain